Blogue / À quoi ressemble le marché des berlines sport en 2021?

À quoi ressemble le marché des berlines sport en 2021?

Envie d’une berline sport? Vous n’êtes pas le seul… mais vous ne faites pas partie d’un très grand groupe non plus.

Les voitures traditionnelles sont en sérieuse perte de vitesse en Amérique du Nord. Au Canada, par exemple, elles ne représentent plus que 20% des véhicules neufs vendus. C’est à peine un sur cinq! Mais bon, plusieurs compagnies persistent à offrir de nouveaux modèles. Après tout, l’agrément de conduite n’est jamais aussi fort qu’au volant d’une voiture.

Voici donc un survol des principales options sur le marché en 2021 pour ceux et celles qui recherchent une berline sport digne de ce nom…

Américaines

Tandis que Ford a abandonné toutes ses voitures sauf les coupés Mustang et GT, General Motors a fait un bon ménage également, mais sa division de luxe Cadillac est repartie tout en neuf avec les CT4 et CT5. Développant respectivement 325 et 360 chevaux, leurs versions CT4-V et CT5-V proposent un niveau de performance très respectable. Toutefois, pas plus tard que cette semaine, ces mêmes voitures ont été dévoilées avec un écusson Blackwing et une méchante dose de puissance : 472 chevaux pour la petite et 668 chevaux pour la plus grande, qui devient la Cadillac la plus musclée et explosive de l’histoire. Elles feront un malheur sur la piste!

Du côté de Stellantis (anciennement FCA), il y a toujours la Dodge Charger. Véritable muscle car à quatre portes, elle renferme dans ses versions les plus sportives un V8 HEMI de 6,4 litres développant 485 chevaux ou encore un V8 « Hellcat » suralimenté de 6,2 litres dont la puissance varie maintenant de 717 à 797 chevaux – un sommet pour une berline de production et de quoi boucler le 0-100 km/h en 3,6 secondes. 

Asiatiques

Parmi les marques populaires venant d’Asie, les seules berlines sport à proprement parler en ce moment sont les Subaru WRX et WRX STI, deux jumelles rebelles libérant 268 et 310 chevaux. Plus tard en 2021, Hyundai ajoutera une Elantra N plus racée et plus puissante que la version N Line, avec un moteur turbo de 2,5 litres produisant environ 275 chevaux. Elle a été développée sur le circuit du Nürburgring, quand même!

Pour des produits plus luxueux et raffinés, il faut regarder quatre modèles : la Lexus IS 350 AWD (on s’ennuie néanmoins de la IS F), l’Infiniti Q50 Red Sport 400 (qui, comme son nom l’indique, fournit 400 chevaux), la Genesis G70 3.3T Sport (avec 365 chevaux) et l’Acura TLX Type S (355 chevaux). Cette dernière arrivera chez les concessionnaires au printemps.

Européennes

Les berlines sport allemandes sont les reines de la catégorie. Bien que leur fiabilité soit plus aléatoire, elles impressionnent par leur performance, leur qualité et leur prestige. Audi propose d’abord les S4 et S6 (349 et 444 chevaux), mais n’oublions pas les coupés à quatre portes que sont les S7 et RS 7 (444 et 591 chevaux). BMW réplique avec les M340i et M3 (382 et 503 chevaux) ainsi que les M550i et M5 (523 et 617 chevaux).

Chez Mercedes-Benz, on retrouve les AMG C 43 et AMG C 63 S (385 et 503 chevaux). Une nouvelle génération est en approche, alors que c’est déjà le cas pour les AMG E 53 et AMG E 63 S (429 et 603 chevaux). Enfin, que dire de Porsche? Le fabricant de la 911 a su transmettre des qualités ultra dynamiques à sa Panamera, dont la puissance varie de 325 à pas moins de 690 chevaux, dans ce dernier cas grâce à un groupe motopropulseur hybride. On pourrait aussi parler de la Taycan entièrement électrique, qui grimpe jusqu’à 750 chevaux et atteint 100 km/h en aussi peu que 2,8 secondes!

Pour terminer, rappelez-vous qu’il n’y a pas juste l’Allemagne. Les Alfa Romeo Giulia Quadrifoglio (505 chevaux), Jaguar XF R-Dynamic (296 chevaux) et Volvo S60 Polestar Engineered (415 chevaux) sont aussi de bonnes berlines sport, mais leur piètre réputation en matière de fiabilité continue de les désavantager dans le marché.