Blogue / Felino, la fierté québécoise

Felino, la fierté québécoise

À l’occasion de la Fête de la Saint-Jean-Baptiste, le moment est idéal pour rendre hommage aux compagnies québécoises qui se démarquent dans différentes sphères d’activité.

Du côté de l’automobile, Felino est certainement une source de fierté pour la province. Comme vous le savez peut-être, l’entreprise située à Laval, fondée et dirigée par l’ancien pilote automobile Antoine Bessette, se spécialise dans la fabrication de voitures sport exotiques. La cB7 (2014) et sa version légale sur la route, la cB7R (2019), ont toutes deux fait leurs débuts publics dans le cadre du Salon international de l’auto de Montréal.

Pour vous donner une idée du caractère exceptionnel de la seconde, assemblée entièrement à la main, elle ne sera construite qu’en 10 exemplaires, chacun vendu à un prix de départ d’environ 360 000 $!

Capable d’atteindre une vitesse de pointe de 345 km/h, la cB7R est propulsée de série par un moteur V8 de 6,2 litres qui génère 525 chevaux et un couple de 486 livres-pied. En option, Felino propose un V8 de 7,0 litres qui développe 700 chevaux et 580 livres-pied. Pour franchir le cap des 100 km/h, seulement 2,9 secondes suffisent.

Plus tôt cette année au Salon international de l’auto de Toronto, la compagnie a présenté un modèle un peu plus peaufiné qui se distinguait par sa peinture bleue, mais aussi par des phares, des feux et un volant modifiés, sans oublier les quelques améliorations à la console.

En passant, le châssis de la cB7R est fabriqué à partir de fibre de carbone, de kevlar et de métal. Chaque voiture construite est homologuée selon les normes de Transport Canada.

Felino fait actuellement affaire avec un sous-traitant pour le développement et la conception de ses roues, mais elle a bien l’intention d’ajouter cette étape de production au sein de sa propre usine.

Plus qu’une voiture
Les clients de Felino ont droit à une expérience unique. D’abord, en plus de pouvoir personnaliser l’habitacle à leur guise, le siège est moulé spécifiquement en fonction de leur morphologie. Il est également possible d’ajuster entre autres le ratio de la transmission et la fermeté des suspensions, dépendamment de l’usage qu’on souhaite en faire.

Enfin, une formation sur circuit est offerte au moment de prendre possession du bolide. Techniciens et ingénieurs sont sur place.

Felino promet qu’une version encore plus spectaculaire, dotée d’un ensemble aérodynamique de pointe, verra le jour d’ici la fin de 2020. Appelée « cB7+ », elle sera aussi plus légère, plus puissante et plus luxueuse, avec un prix de départ qui dépassera le demi-million. Qui n’a pas hâte de voir ça?