Blogue / Le grand retour du Toyota Venza… en formule hybride!

Le grand retour du Toyota Venza… en formule hybride!

Il y a quelques semaines, Toyota a franchi la barre des 15 millions de véhicules hybrides vendus dans le monde depuis 1997, dont plus de 200 000 au Canada en 20 ans. Et d’ici 2025, le constructeur japonais projette de lancer 40 modèles électrifiés entièrement nouveaux ou redessinés à l’échelle de la planète.

Deux d’entre eux, présentés comme  modèles 2021, sont la fourgonnette Sienna de quatrième génération et le tout nouveau multisegment Venza. Chacun aura la particularité d’offrir exclusivement une motorisation hybride. Attardons-nous ici au second, qui arrivera chez les concessionnaires canadiens cet été.

Autrefois une grosse familiale dérivée de la Camry (commercialisée de 2009 à 2016), le Venza a été réinventé sous la forme d’un authentique multisegment, plus proche des VUS qui obsèdent tant de consommateurs en ce moment. Il se positionnera entre le RAV4 et le Highlander, avec lesquels il partage la plateforme TNGA-K. Dans ce rôle, ses adversaires seront donc les Hyundai Santa Fe, Nissan Murano, Ford Edge et Chevrolet Blazer de ce monde.

« Les grands patrons de Toyota croient bien que le marché nord-américain est prêt à accueillir un véhicule de ce gabarit. Après tout, la transition des voitures vers les véhicules utilitaires s’est accélérée à un rythme effréné au cours de la dernière décennie. La Camry a été notre meilleur vendeur pendant tellement d’années aux États-Unis, mais c’est maintenant le RAV4 qui performe le mieux », remarque Jocelyn Daneau, directeur régional pour le Québec chez Toyota Canada, confiant qu’un modèle comme le Venza pourrait bien devenir un joueur d’importance. 

Mais Toyota ne ramène pas le Venza pour le plaisir. Conscient du besoin de frapper fort et de se démarquer dans un créneau où la lutte est de plus en plus chaude, le fabricant a abandonné le quatre cylindres de 2,7 litres et le V6 de 3,5 litres d’antan pour miser sur un seul groupe motopropulseur hybride.

En effet, la Venza 2021 combine un quatre cylindres de 2,5 litres avec trois moteurs électriques, ce qui donne une puissance totale de 219 chevaux et une consommation moyenne de seulement 5,9 L/100 km selon les données préliminaires de Toyota. Contrairement au RAV4 Prime, attendu lui aussi cet été, on ne parle pas d’un système branchable avec une autonomie 100% électrique, mais il faut reconnaître que ces chiffres sont remarquables.

Le Venza a également l’avantage d’inclure de série la suite de dispositifs de sécurité et d’aides à la conduite Toyota Safety Sense 2.0 ainsi qu’un rouage intégral pouvant transférer jusqu’à 80% de la force motrice aux roues arrière en cas de patinage. Toyota promet en outre un roulement doux et silencieux grâce à un réglage plus optimal du châssis et de la suspension de même qu’à une insonorisation accrue de l’habitacle.

Et avouez que le design extérieur n’est pas piqué des vers non plus! Quand on pense au succès que connaît le RAV4 hybride, on imagine que le nouveau Venza pourrait s’avérer assez populaire lui aussi.