Blogue / Les aides à la conduite : le meilleur et le pire

Les aides à la conduite : le meilleur et le pire

L’industrie automobile évolue très rapidement, on le sait, mais pour ce qui est voitures autonomes, les choses prennent beaucoup plus de temps. C’est normal – et même rassurant – quand on pense au développement des nombreuses technologies qui seront employées, aux réglementations adoptées par les différents gouvernements et aux interminables tests effectués avant une réelle mise en service à grande échelle de ces véhicules.

De nouvelles études parues cet été démontrent à quel point les constructeurs ont encore du chemin à faire.

Fausses perceptions et mauvaise compréhension
D’abord, l’Insurance Institute for Highway Safety (IIHS) aux États-Unis blâme l’industrie pour les noms donnés aux systèmes, affirmant que ceux-ci peuvent tromper les conducteurs quant au niveau d’attention requise.

Le système Autopilot de Tesla, en particulier, laisse croire qu’on peut cesser de regarder la route et se concentrer sur autre chose. Il y a même 6% des participants de l’étude qui jugeaient sécuritaire de faire une sieste au volant pendant que la voiture est sur le « pilote automatique », comparativement à 3% pour d’autres systèmes associés à la conduite semi-autonome, comme le Super Cruise de Cadillac ou le ProPilot Assist de Nissan.

Dans les faits, aucun d’entre eux ne gère de manière fiable le maintien dans la voie et le contrôle de la vitesse dans toutes les situations.

Une autre étude de l’IIHS nous indique que les automobilistes ne comprennent pas toujours les informations importantes qui leur sont communiquées par leur tableau de bord, par exemple lorsqu’un système réagit d’une façon particulière ou qu’il se désactive.

Une bonne compréhension des messages et signaux envoyés par le véhicule est essentielle puisque les systèmes automatisés peuvent fonctionner de manière imprévue et forcer le conducteur à intervenir.

Bien que tous les participants ou presque arrivaient à saisir quand le régulateur de vitesse adaptatif ajustait la vitesse du véhicule ou détectait un autre véhicule en avant, la plupart avaient de la difficulté à expliquer pourquoi le système ne pouvait détecter le véhicule devant lui parce que celui-ci se trouvait hors de sa portée. Par surcroît, plusieurs étaient incapables de reconnaître lorsque l’aide au maintien dans la voie n’était plus en fonction.

Une solution à envisager serait de donner une formation chez le concessionnaire pendant la prise de possession. L’étude démontre qu’un enseignement spécifique aux particularités du tableau de bord aide les conducteurs à comprendre le fonctionnement et le statut des différentes aides à la conduite.

Des alertes agaçantes
Par ailleurs, une étude de la firme américaine J.D. Power révèle que les alertes répétées des différentes aides à la conduite entraînent souvent de la confusion et de la frustration – au point où plusieurs conducteurs avouent les désactiver ou ne pas vouloir en retrouver dans leur prochain véhicule.

Comme le remarque correctement Kristin Kolodge, directrice exécutive de la recherche sur l’interaction entre le conducteur et l’automobile chez J.D. Power : « la technologie ne doit pas imiter ces parents qui harcèlent et surprotègent leurs enfants; personne ne veut se faire dire à tout bout de champ que sa conduite n’est pas bonne. »

Un bon exemple est la technologie d’avertissement de sortie de voie et d’aide au maintien dans la voie. En moyenne, 23% des gens qui en bénéficient se plaignent que les alertes sont agaçantes et dérangeantes. Parmi eux, 61% désactivent le système à l’occasion et 37% ne désirent pas l’avoir dans leur prochain véhicule.

« Si les consommateurs ont du mal à tolérer les aides au maintien dans la voie, comment vont-ils accepter de monter à bord d’un véhicule entièrement autonome? » demande Kolodge.

L’étude révèle aussi que 69% des propriétaires de modèles 2019 ont Apple CarPlay et/ou Android Auto dans leur voiture, ce qui ne présage rien de bon pour les systèmes d’infodivertissement des constructeurs automobiles.

Les meilleurs véhicules pour la technologie
Dans l’ensemble, la satisfaction des consommateurs à l’égard des nouvelles technologies embarquées dans les véhicules varie beaucoup d’une marque et d’un modèle à l’autre.

Le meilleur véhicule cette année selon J.D. Power, tous genres confondus, est la Kia Stinger. Les Hyundai Kona et Toyota C-HR (égalité), la Kia Forte, le Chevrolet Blazer, le Porsche Cayenne et le Ford Expedition dominent leurs catégories pour ce qui est de la convivialité des technologies.